Festival du théâtre français Mange ta grenouille 2020

Festival du théâtre français Mange ta grenouille 2020


sneztuzabu.cz/fr/mange-ta-grenouille/

Mange ta grenouille 2020: À NoD, la sixième édition accueillera des robots et des auteurs dramatiques

Le festival du théâtre français en République Tchèque « Mange ta grenouille » présente sa sixième édition qui aura lieu du 14 au 17 mai 2020 au Théâtre NoD et à l’Institut français de Prague. Le programme se compose d’un spectacle unique immersif et hybride, de quatre pièces francophones contemporaines jouées en tchèque, mais aussi de discussions avec les auteurs invités. Tout le programme du festival est conçu pour un public tchécophone ou francophone.

Cette sixième édition mettra notamment à l’honneur la création Artefact par le metteur en scène français Joris Mathieu qui est directeur artistique du Théâtre Nouvelle Génération de Lyon, lequel compte parmi les plus grands théâtres français pour jeune public.

À quoi peut bien ressembler un spectacle joué par des machines ? Dans Artefact, Mathieu fusionne technologies modernes, robotiques, de même que des illusions d’optiques d’antan qui permettaient déjà de faire apparaître des fantômes sur scène à l’époque du théâtre élisabéthain …

Par le travail invisible des programmeurs, techniciens et d’un animateur présent sur scène ; des bras robotiques ou des imprimantes 3D deviennent comédiens tandis que des hologrammes prennent vie. Les spectateurs, munis d’un casque audio, entrent dans un monde où une intelligence artificielle communique avec les gens et où des agents conversationnels citent Shakespeare ou Beckett. Nous devenons ainsi spectateurs de notre propre futur alors que l’humanité a disparu de la surface de la terre (et de la scène)…

« Nous faisons avant tout venir le spectacle robotique Artefact car il s’agit d’un genre théâtral que nous n’avons pas la possibilité de voir ici : non seulement parce que c’est un spectacle qui utilise des technologies modernes comme des imprimantes 3D ou des robots mais aussi car, tout en restant une expérience purement théâtrale, il vous invite à découvrir un espace où vous ne rencontrerez pas un seul comédien (ce qui ne veut pas dire qu’ils ne se cachent pas quelque part dans le noir). À leur place, ce sont tout simplement des machines qui vous racontent l’histoire, » dit Natálie Preslová, la directrice du festival Mange ta grenouille, pour décrire le spectacle français.

Les tendances les plus diverses de l’écriture dramatique francophones contemporaines seront ensuite présentées à travers quatre pièces traduites et issues d’un appel à textes ouvert qui a permis de recueillir 262 textes d’auteurs français, belges, suisses, canadiens, haïtiens ou encore guyanais.

Parmi ces textes traduits pour la première fois en Tchèque et réalisés comme esquisses scéniques par des metteurs en scène tchèques, une pièce quasi-documentaire racontant l’histoire de Rosemary Kennedy, une des premières femmes à avoir été lobotomisées (Dorothée Zumstein : Patiente 66), mais également une comédie conversationnelle absurde, presque beckettienne, pour deux femmes âgées (Didier Poiteaux : Tu comprends ?).

Le texte fragmentaire Intérieurs écrit par Mélissa Bertrand présente des monologues de femmes souffrant de troubles psychiques. Comme d’habitude, le festival présentera également un texte pour jeune public : Jimmy n'est plus là de Guillaume Kerbusch est l’histoire d’un garçon transsexuel racontée à travers le regard des filles qui l’entourent.

Cette année, l’Institut français de Prague accueille pour la première fois une journée du festival en proposant le 15 mai la pièce Jimmy n'est plus là de Guillaume Kerbusch. Deux lectures scéniques seront présentées au cinéma Kino 35, dans la matinée une représentation pour les groupes scolaires, et dans la soirée, pour le grand public. Les deux seront accompagnées d’une rencontre avec l’auteur, suivie de workshops pour les jeunes spectateurs ainsi que pour les professionnels du théâtre. « Nous sommes très heureux d’accueillir au sein de l’Institut français de Prague, qui fête cette année son centenaire en République tchèque, une pièce dans le cadre du festival Mange ta grenouille, que nous soutenons depuis sa création. Les questions de genre, d’inclusion sociale et de respect sont au cœur de nos préoccupations et le théâtre est le medium idéal pour sensibiliser le public et le faire réfléchir sur ces sujets. Cela rejoint également les actions que nous menons auprès du jeune public sur les questions d’éducation à l’image. Le festival est l’occasion d’aborder de manière ludique et souvent inattendue des thèmes souvent peu traités par le biais de la création artistique. » déclare Fanette Escallier, attachée culturelle et directrice déléguée de l’Institut français de Prague.

« Ce n’était pas intentionnel, mais cette année nous avons choisi quatre textes dont les personnages principaux sont tous des femmes, et ce même si dans un cas, elles racontent l’histoire de quelqu’un d’autre, » explique la programmatrice en chef du festival Linda Dušková. « Comme chaque année, nous avons recherché une diversité et dans la forme, et dans le contenu des textes. Dans le cadre du festival, nous aimerions étudier le sujet de la présence des femmes dans l’écriture dramatique contemporaine, et ce non seulement de manière classique du point de vue du féminisme et de l’émancipation, mais également par le biais de la discrimination positive, de plus en plus fréquemment présente en France, » ajoute Linda Dušková au sujet de la discussion qui se tiendra lors du festival. Les auteur.e.s présent.e.s seront invité.e.s à y participer, mais le public aura la possibilité de les rencontrer également après chaque spectacle.

Création française invitée

Artefact

Scénarisation et mise en scène : Joris Mathieu
Conception du dispositif scénique : Nicolas Boudier, Joris Mathieu
Scénographie et création lumière : Nicolas Boudier
Développement et création vidéo : Loïc Bontems
Tournages : Siegfried Marque
Composition musicale : Nicolas Thévenet
Robotique : Clément-Marie Mathieu
Imprimantes 3D : Gérald Groult
Régie lumière : Basile Verrier
Collaborateurs artistiques : Vincent Hermano, Philippe Chareyron

Esquisses scéniques

Didier Poiteaux : Tu comprends ?
Discussion frivole sur la mort

Mélissa Bertrand : Intérieurs
Enquête légèrement absurde sur la vie des super-femmes

Guillaume Kerbusch : Jimmy n’est plus là
Mini-série théâtrale sur une disparition

Dorothée Zumstein : Patiente 66
Regard pointu sous les jupes de la Statue de la liberté